Communauté d'échange, témoignage photographique et rédactionnel

L'INSTITUT CHARLES CROS

Présente

LA MAISON DE KISO

parcours imprévu d'une maison japonaise à Paris

Photographies ©Guillaume Legrand 

LA MAISON DE KISO

le parcours imprévu d'une maison japonaise à Paris:

paradoxes, origines et potentiels

Décembre 2008, à la fin de l'année de célébration du 150ème anniversaire des relations franco-japonaises, une maison en bois venue de Kiso, dans la région de Nagano, est présentée au Musée de l'homme.

Construite au XIXème siècle, avant l'époque Meiji, cette minka a été démontée pour être donnée à la France en 1999 - don recueilli par l'ethno-logue Jane Cobbi. L'association '"La Maison de Kiso" fut créée pour préserver ce patrimoine exceptionnel. 

En 2007 elle est installée au Palais de Chaillot, dans les murs d'un Musée de l'Homme vidé de ses collections. A l'aube de la restructuration du Musée cette maison "hors-sol" et "hors-ciel" est toujours en attente d'un lieu d'accueil  pérenne.

***

Journée conférence et table ronde le 20 décembre 2008

au Musée de l'Homme (Grand Galerie et salle Jean Rouch)

Partenariats:

Association Maison de Kiso,

Maison des Sciences de l'Homme Raspail, Musée de l'Homme

Artistes associés:

chants diphoniques par l'ethnomusicologue Tran Quang Hai

récital de shakukahachi  (flûte traditionnelle) par Denys Rohfritsch

Tir à l'arc de Cérémonie par la fédération française de Kyûdô sous la responsabilité du 6ème dan Claude Luzet 

***

Depuis 2010, les visites confidentielles au Musée de l'Homme n'ont plus cours. la Maison de Kiso, tel un vaisseau volant de Miyazaki , a trouvé son port d'attache au Jardin d'Acclimatation, toute proche de l'ancien bâtiment des Arts et Traditions Populaires, et de cet autre vaisseau toutes voiles au vent qu'est La Fondation Vuitton, en 2014. Au grand jour, cette minka est désormais visible par tous.

Elle a été démontée et remontée pièces par pièces par l'architecte M.

Makoto Furihata et son équipe de charpentiers venue spécialement du Japon.

Construite sur le modèle classique des habitations rurales et selon des techniques ancestrales, elle est faite de piliers de bois posés à égale distance sur des blocs de pierres taillés et reliés par des parois de bois avec toit en bardeaux de résineux. Son poids est de 10 tonnes et sa superficie de 97m2. Cette maison, construite vers 1861-1863, recèle de nombreux détails dans son aménagement  et dans sa décoration qui témoignent de la manière de vivre à ce époque.

Lien: http://www.institut-charles-cros.eu/

Photographies Josiane Lépée

1/2
Guillaume Legrand, peintures, dessins, expositions

© 2023 by The Painter. Proudly created with Wix.com

  • Twitter Metallic
  • s-facebook