Le muscle de son art

 

Pratique d’atelier, gamme du peintre, ces peintures sont restées quelque temps endormies dans les cartons à dessin.

Cet ensemble représentatif s’est déroulé sur une dizaine d’années, successivement entre l’atelier beaux-arts de Karine Garcia, puis de Didier Piketty

 

Cette exposition est donc en quelque sorte une rétrospective de peintures endormies, mises au devant. Alors pourquoi aujourd’hui ?

 

La peinture est une sorte de serpent de mer.

Au temps pour peindre répond celui d’exposer, au temps individuel répond l’ouverture aux autres.

L’accueil de Martine Cabus dans sa galerie m’y incite. Et je vous y invite.

 

Parallèlement, les aventures collectives ont imposé leur tempo : des compagnies théâtrales aux dernières échappées en Auvergne, en 2010, avec la volonté d’y monter un festival d’art contemporain dédié à la nature, « Les Arts ForeZtiers » initiés par L’institut Charles Cros. Puis, l’année dernière, un hommage à Odilon Redon à la librairie « au divan rouge », sur l’invitation de Alexandra Strauss.

 

Aujourd’hui, cette première exposition personnelle souhaite réveiller la belle endormie des beaux-arts et porter son regard sur une pratique, qui est aussi une discipline, celle qui consiste à faire travailler le muscle de son art: l’œil et la main du peintre.

« Pas un jour sans un trait… », en écho au…

« pas un jour sans une ligne… » de l’écrivain, ou…

« pas un jour sans une gamme… » du musicien…

 

Car il s’agit bien d’un muscle à mouvoir pour émouvoir, d’un engagement corporel. Et quoi de mieux que ce lieu convivial qui, dans la journée, dispose d’un atelier de modelage, antre de ceux qui pétrissent et poétisent la matière.

 

C’est aujourd’hui ce muscle que je souhaite réveiller.

 

septembre 2012

Peintures et Pastels

une exposition promenade et gustative

septembre 2012

Guillaume Legrand, peintures,dessins, expositions
Guillaume Legrand, peintures, dessins, expositions

© 2023 by The Painter. Proudly created with Wix.com

  • Twitter Metallic
  • s-facebook